La crise financière pour les nuls

Publié le par Sirieix

 

Voici une explication claire et amusante pour comprendre la crise financière. Son auteur est Michel Levasseur, professeur à l'Université de Lille.

Marcel est propriétaire d'un bistrot. Il réalise soudain que tous ses clients sont des alcolos qui n'ont pas de boulot et ne peuvent donc plus fréquenter son comptoir, car ils ont vite dilapidé leur RSA.
 Il imagine alors un plan marketing génial : "Picole aujourd'hui, paie plus tard".
Il tient rigoureusement à jour son ardoise de crédits, ce qui équivaut donc à consentir un prêt à ses clients.
Chiffre d'affaires et bénéfices explosent et son bistrot devient vite, sur le papier, le plus rentable de la capitale.
Les brasseurs et grossistes se frottent les mains, et allongent bien volontiers les délais de paiement.
Les clients de Marcel s'endettant chaque jour davantage acceptent sans rechigner des augmentations régulières du prix du godet, gonflant ainsi (toujours sur papier) les marges du bistrot.

Le jeune et dynamique conseiller de la banque de Marcel, se rendant compte que ce tas de créances constitue en fait des contrats à terme (futurs) et donc un actif, propose des crédits à Marcel avec les créances-clients en garantie.
Sa trouvaille géniale vaut au banquier visionnaire un plantureux bonus.

Au siège de la banque, un trader imagine alors un moyen pour se faire de belles commissions : il convertit les dettes en PICOLOBLIGATIONS. Les Picolobligations sont alors "titrisées" (converties en paquets de titres négociables) afin d'être vendues sur le marché à terme.
Confiants à l'égard de leur banquier et avides de hauts rendements, les clients ne captent pas que ces titres qui leur sont fourgués comme "obligations AAA", ne sont en fait que les créances bidons d'alcolos désargentés.
Les Picolobligations deviennent la star des marchés, on se les arrache et leur valeur crève tous les plafonds.

 

Un beau matin, un "risk manager" oublié dans les caves de la banque se réveille et signale qu'il est temps de demander à Marcel que ses clients règlent leur ardoise.
Marcel essaie, mais ses clients ne bossant pas ... bernique !
La banque exige alors le remboursement du crédit et le bistrot fait logiquement faillite, vire ses employés, entraînant la faillite de ses fournisseurs en bibine qui, à leur tour, virent également leurs employés.
Le cours des Picolobligations chute brutalement de 90%. La dépréciation de cet actif vaporise les actifs et donc les liquidités de la banque. Problemos : sa banqueroute ruinerait trop d'électeurs ("too big to fail" qu'on dit).
La banque est donc renflouée par l'État. Ce renflouement est financé par de nouvelles taxes prélevées chez des employés, les classes moyennes et un tas de gens qui bossent, ne picolent pas, qui n'ont jamais mis les pieds dans le bistrot de Marcel ...

 

Voir les commentaires

Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez plus jamais à travailler un seul jour de votre vie

Publié le par Sirieix

Le titre de cet article est en fait une citation de Confucius.

Suivre votre passion peut être une chose difficile. Découvrir votre passion peut être encore plus difficile.

Mais quel bonheur de se lever le matin avec motivation quand on sait qu'on va pouvoir consacrer sa journée à sa passion !

 

J'ai déniché sur la toile un guide "court mais puissant", en dix étapes, rédigé par Leo Babauta, adepte du zen. Puisse ce guide vous aider à réaliser vos rêves ! Cela va vous demander beaucoup de réflexion, de courage, d’apprentissage, d’engagement. Mais cela en vaut la peine !

 

  1. En quoi êtes-vous bon ? Vous avez des compétences, du talent, des aptitudes. Vous avez peut-être montré un certain talent quand vous étiez jeune, même dès l’âge de l’école élémentaire. Avez-vous été, à l'occasion, un bon écrivain, conférencier, dessinateur, organisateur, bâtisseur, professeur, ami ? Avez-vous été reconnu pour vos bonnes idées ? Avez-vous été bon pour mettre en contact les personnes entre elles, le jardinage, la vente ? Prenez au moins 30 minutes,explorez cette question – souvent, nous oublions les choses que nous avons bien faites. Rappelez-vous, aussi loin que vous le pouvez, des emplois, des projets, des passe-temps. Ce pourrait être votre passion. Vous pouvez noter plusieurs choses : démarrez une liste des candidats potentiels.
  2. Qu’est-ce qui vous passionne ? Cela peut être quelque chose au travail – une petite partie de votre travail qui vous rend passionné. Cela peut être quelque chose que vous faite en dehors du travail – un hobby, un travail d’appoint, quelque chose que vous faites en tant que bénévole, parent, conjoint. Cela peut être quelque chose que vous n’avez pas fait depuis un moment. Encore une fois, pensez à ce sujet pendant 30 minutes. Si vous ne le faites pas, vous risquez de changer de manière superficielle. Ajouter toutes les réponses à votre liste.
  3. Que lisez-vous dessus ? Avez-vous passé des heures à lire l’actualité du Web à propos de cette passion ? Quelles revues avez-vous hâte de le lire ? Quel blog suivez-vous ? Quelle section de la librairie parcourez-vous le plus souvent ? Il peut y avoir de nombreux sujets ici – ajoutez-les à la liste.
  4. Qu’avez-vous rêvé secrètement ? Vous avez peut-être rêvé de métiers que vous avez toujours voulu faire – être un romancier, un artiste, un designer, un architecte, un médecin, un entrepreneur, un programmeur. Mais certains craignent, doutent de soi. Cela vous a retenu, vous a amené à rejeter cette idée. Peut-être il y en a plusieurs. Ajoutez-les à la liste – peu importe si c'est réaliste ou non.
  5. Apprendre, demander, prendre des notes. Choisissez le point de votre liste qui vous attire le plus. Ceci est votre premier candidat. Maintenant, lisez sur le sujet, parlez aux gens qui ont réussi dans le domaine (à travers leurs blogs, s'ils en ont). Prenez des notes sur les choses que vous avez besoin d’apprendre, ce qu’il est nécessaire d’améliorer, les compétences que vous voulez maîtriser, les personnes à qui parler. Étudiez sur le sujet, mais n’attendez trop longtemps avant de plonger dans l’étape suivante.
  6. Expérimentez, essayez. Voici comment l’apprentissage se passe réellement. Si vous ne l’avez pas déjà fait, commencez à faire ce que vous avez choisi. Peut-être que vous êtes déjà dans ce cas et vous pouvez passer à l’étape suivante ou choisir un second candidat sur votre liste. Mais si ce n’est pas encore le cas, commencez maintenant – faites-le, simplement . Cela peut être dans l’intimité de votre propre maison, mais aussi vite que possible, rendez-le public si vous le pouvez. Cela va vous motiver à améliorer, vous fournira un retour, et votre réputation s’améliorera à mesure que vous continuez. Faites attention à comment vous vous sentez en le faisant – est-ce quelque chose que vous recherchez avec intérêt, qui vous passionne, que vous aimez à partager ?
  7. Limitez les choses. Je recommande de choisir 3 à 5 choses de votre liste et de faire les étapes 5 et 6 avec elles. Cela peut prendre des mois, ou peut-être que vous les avez déjà toutes essayées. Alors maintenant, voici ce que vous devez vous poser comme question : qu’est-ce qui me passionne le plus ? Quelles sont celles qui peuvent produire quelque chose pour laquelle les gens seront prêts à payer, ou seront intéressés ? Avec lesquelles vous voyez-vous pendant des années (même si ce n’est pas un cheminement de carrière traditionnel) ? Choisissez-en un, ou deux tout au plus, et concentrez-vous sur cela. Vous allez faire les trois prochaines étapes avec : bannir vos craintes, trouver le temps, et en faire une carrière si possible. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez essayer la chose suivante sur votre liste – il n’y a pas de honte à faire un test et échouer, parce que cela va vous donner des leçons précieuses qui vous aideront à réussir dans la prochaine tentative.
  8. Bannissez vos craintes. C’est le plus grand obstacle pour la plupart des gens – le doute en soi et la peur de l’échec. Vous allez y faire face et la bannir. Premièrement, reconnaissez-la plutôt que de l’ignorer ou de la nier.
    Deuxièmement, écrivez-la pour l’extérioriser. Troisièmement, sentez-la, et reconnaissez que vous l'avez. Quatrièmement, demandez-vous : «Quel est le pire qui puisse arriver ? » D’habitude, ce n’est pas catastrophique. Cinquièmement, préparez-vous pour le faire quand même, puis faites-le. Faites de petits pas, aussi petits que possible, et oubliez ce qui pourrait arriver – concentrez-vous sur ce qui se passe réellement, en ce moment. Et ensuite célébrez votre succès, peu importe sa taille.
  9. Trouver le temps. Vous n’avez pas le temps de poursuivre cette passion ? Prenez-le ! Si c’est une priorité, vous pourrez prendre le temps – réorganisez votre vie jusqu’à ce que vous trouviez du temps. Cela peut signifier se réveiller plus tôt, ou le faire après le travail ou pendant le déjeuner, ou le weekend. Cela se traduira vraisemblablement par l’annulation de certains engagements, d’une simplification de votre travail routinier, ou de l'obligation de faire beaucoup de travail à l’avance (comme si vous alliez partir en vacances). Faites ce qu’il faut.
  10. Comment faire pour en vivre ? Cela ne se fait pas du jour au lendemain. Vous devez faire quelque chose, en devenir bon, être passionné par le sujet. Cela peut prendre des mois ou des années, mais si vous vous amusez, c’est ce qui est le plus important. Lorsque vous arrivez au point où quelqu’un vous paye pour cela, alors vous êtes bon – il existe de nombreuses façons de gagner sa vie, être en freelance, faire du conseil, fabriquer des produits d’informations tels que les ebooks, écrire un blog et vendre de la publicité. En fait, je vous recommande de faire un blog si ce n’est pas déjà le cas – cela va aider à consolider votre façon de penser, à vous construire une réputation, trouver des gens qui sont intéressés par ce que vous faites, démontrer vos connaissances et votre passion.

« L’accomplissement suprême est de brouiller la ligne entre le travail et le jeu. » (Arnold Toynbee)

 

Article original rédigé par Leo Babauta : http://zenhabits.net/

Voir les commentaires