Articles avec #entretien tag

Préparer son entretien de recrutement

Publié le par Sirieix

Voici une vidéo du cabinet Michael Page qui résume parfaitement les conseils que je donne aux étudiants et professionnels que j'accompagne dans leur recherche d'emploi.

Voir les commentaires

10 manières d'énerver votre interlocuteur lors d'un entretien

Publié le par Sirieix

1- Une poignée de main molle

La poignée de main, c'est le premier contact ; elle donne le ton à l’entretien. Elle est déjà révélatrice d’une certaine personnalité : timide, assurée, prétentieuse ou effacée. « La poignée de main idéale est franche, sans être trop appuyée », avance Julie Isabelle-Binon, de Team RH. Veillez à ne pas avoir les mains moites ou collantes, l’impression laissée serait peu agréable…
La poignée de main, c’est sans doute le geste le plus banal lorsqu’on rencontre quelqu’un. Méfiez-vous, il n’en reste pas moins capital. Molle, herculéenne, mécanique,  la poignée de main ratée donne une mauvaise impression en début d’entretien. Pour maîtriser cet art, il ne vous reste plus qu’à suivre à la lettre les conseils de Geoffrey Beattie. Ce psychologue et chercheur à l’université de Manchester est un peu le pape de la poignée de main. Il a même édicté les commandements pour un serrage de main parfait. Et il n’est pas le seul à se pencher sur la question. Puisque, pour mener ses conclusions, Geoffrey Beattie s’est servi d’une étude commandée… par Chevrolet !
« Main droite, prise complète, pression ferme (mais pas trop forte), à un point médian entre vous et votre interlocuteur, une paume sèche et douce, environ trois mouvements donnés avec une vigueur moyenne, pour un temps ne dépassant pas deux à trois secondes au cours duquel le contact visuel sera maintenu, un sourire naturel, et, bien sûr, une expression orale appropriée. »
 
2- Les bras croisés

Un interlocuteur assis les bras croisés est sur la défensive. C’est un signe de repli et de protection. Il n’est pas ouvert à la discussion. Au Japon, c'est même une attitude insultante, du genre "Cause toujours !"

3- La main devant la bouche

Parler avec les doigts sur les lèvres ou la main en opposition avec la bouche attire l'attention de votre vis-à-vis :  cette gestuelle traduit une certaine contradiction. Etes-vous en train de mentir ou, tout du moins, de masquer la vérité ?

4- Le regard fuyant ou trop insistant

Ne fuyez pas le regard de l'autre ! Ce n’est pas avec la fenêtre ou vos chaussures que vous avez rendez-vous. Cette attitude peut froisser votre interlocuteur, en plus de trahir une profonde gêne.
Mais attention ! Un regard fixe insistant n’est pas non plus très apprécié. Il traduit une assurance trop prononcée et inverse le rapport de force. N'oublions pas que nous sommes des prédateurs : si je fixe ma proie... c'est pour mieux la croquer, mon enfant !

5- Les sourcils froncés

Prenez garde quand vous froncez les sourcils. Cela traduit que vous n’êtes pas en accord avec ce qu’expose votre interlocuteur. Vous remettez en cause ses paroles en faisant appel à votre jugement de valeur. De temps en temps et de manière appropriée, vous faites preuve d'esprit critique. Répété, cette mimique peut froisser l'autre.

6- Les coudes sur le bureau

Prendre ses aises sur le bureau de votre interlocuteur sans y avoir été invité peut choquer. Même les coudes n’y ont pas leur place. « Un individu qui s’installe et empiète sur l’espace personnel de celui qui le reçoît est perçu comme une personne envahissante et un peu trop sûre d’elle », commente Nicolas Tertrais, consultant associé dans le cabinet de conseils Advisia RH.

7- Utiliser son téléphone portable

Le téléphone portable n’a aucune raison d’être allumé pendant un entretien. Vous devez être à 100 % disponible pour votre interlocuteur. Rien de plus vexant que de répondre à un appel en pleine discussion. C’est un manque de savoir-vivre et on ne vous le pardonnera pas.

8- Mâcher un chewing-gum

Tout comme le téléphone portable, le chewing-gum est très mal perçu. Mâcher ou manger une quelconque nourriture est un comportement irrespectueux.

9 - Être avachi sur son siège.

La manière de se tenir assis est peut-être le comportement le plus révélateur pour un professionnel des ressources humaines. Il existe mille et une positions assises. Stéphane Pille, directeur commercial du cabinet CHR Profil, a retenu les plus appropriées : « Se tenir bien droit. Être calé au fond de sa chaise. Se tourner bien en face. Ne pas croiser les jambes. Poser les mains sur les cuisses. Oubliez les positions courbées, de travers, avachies ou sur le bord de la chaise. Elles traduisent toutes une attitude désinvolte. »

10- Tous les gestes d’anxiété

Identifiez les gestes qui trahissent habituellement votre angoisse, vous serez ainsi plus à même de les éviter :

  •     Ne pas savoir où mettre ses mains
  •     Se mordre les lèvres
  •     Jouer avec un stylo
  •     Mordiller un objet
  •     Tapoter sur la table ou l’accoudoir
  •     Taper du pied
  •     Se gratter
  •     Se caresser les cheveux ou la cuisse



D'après les conseils de Sylvain Luneau, de Keljob...

Voir les commentaires

Pour réussir un entretien, passez un contrat !

Publié le par Sirieix

Dans la vie professionnelle, nombreuses sont les situations d'entretien : embauche, enquête, mise au point ("remonter les bretelles" à un collaborateur !), entretien professionnel annuel (pour la gestion des compétences et le management par objectifs), licenciement, etc.

"Un entretien, c'est une rencontre et un parcours" (Blanchet et Gottman, 1992 - L'enquête et ses méthodes : l'entretien, Nathan).

C'est un parcours : l'entretien se fait à deux (qui sont ces personnes ?), pour aller quelque part (quel est l'objectif ?). Il y aura donc une stratégie (quel chemin suivre pour atteindre l'objectif ?) et une tactique (comment parcourir ce chemin ?).

C'est aussi une rencontre : l'entretien crée une situation unique, qui a lieu à un moment donné, dans un lieu donné.

 

Pour réussir un entretien, il est nécessaire de bien placer le cadre dès le début. L'interviewer posera un cadrage efficace s'il explicite d'emblée

- voilà la finalité de l'entretien,

- voilà ce que j'attends de vous.

 

Afin de poser le cadre d'un entretien, je vous recommande de passer un contrat de communication dès le démarrage. En quelques phrases courtes et claires, vous devez faire comprendre à l'interviewé

  • la finalité de votre mission : à quoi servent les entretiens que vous menez,
  • qui vous êtes, et pourquoi vous avez choisi l'autre comme interlocuteur,
  • l'objectif que vous proposez d'atteindre à l'issue de l'entretien (en termes de résultat concret),
  • la règle du jeu : comment on va se parler, combien de temps durera l'entretien, va-t-il y avoir un enregistrement, quel retour pourrez-vous faire à l'interviewé, quelle confidentialité pouvez-vous garantir, etc.

Puis vous allez passer la parole à votre interlocuteur en lui donnant une consigne (décrire des éléments, ou évaluer des éléments). Cette consigne représente comment vous avez choisi d'aller vers l'objectif.

Attention : dans la situation d'entretien, l'autre est "sujet" et non "objet". Quand on pose une question, on n'obtient qu'une réponse. Le piège est d'avoir sa réponse.

Voir les commentaires