Articles avec #temps tag

104. Le temps est votre richesse !

Publié le par Sirieix

104. Le temps est votre richesse !

Changez votre façon de voir le temps, ne le prenez pas comme un obstacle qu'il vous faut surmonter, mais bien comme une richesse, un don. Prenez exemple sur les surfeurs, il ne s'agit pas de lutter contre les vagues, il faut savoir les utiliser pour son plus grand plaisir.

En prenant cette posture inhabituelle, en envisageant cette nouvelle perspective, déjà les choses vont naturellement changer pour vous. Au lieu de courir après le temps qui vous manque, vous polirez le temps que vous possédez : "je veux ce que je fais". Ne tombez pas dans les pièges que j'ai évoqués dans un article précédent : http://sirieix.over-blog.com/article-prenez-le-temps-ne-vous-laissez-pas-pren-115072493.html

Gardez à l'esprit que, si vous ne prenez pas soin de votre temps, si vous ne veillez pas sur cette richesse, un autre s'en chargera pour vous, de la même façon qu'un escroc saura gérer votre patrimoine si vous vous en désintéressez.

Voici ce qu'un de mes collègues, célèbre coach et conseil en management, écrivait à l'un de ses clients :

Oui c'est cela mon cher Lucilius, revendique la possession de toi‑même. Ton temps, jusqu'à présent, on te le prenait, on te le dérobait, il t'échappait. Récupère‑le, et prends‑en soin. La vérité, crois‑moi, la voici: notre temps, on nous en arrache une partie, on nous en détourne une autre, et le reste nous coule entre les doigts. Pourtant, il est encore plus blâmable de le perdre par négligence. Et, à y bien regarder, l'essentiel de la vie s'écoule à mal faire, une partie à ne rien faire, toute la vie à faire autre chose que ce qu'il faudrait faire.

Peux‑tu me citer un homme qui accorde du prix au temps, qui reconnaisse la valeur d'une journée, qu'il comprenne qu'il meurt chaque jour ? Car notre erreur, c'est de voir la mort devant nous. Pour l'essentiel, elle est déjà passée. La partie de notre vie qui est derrière nous appartient à la mort. Fais donc, mon cher Lucilius, ce que tu me dis dans ta lettre : saisis‑toi de chaque heure. Ainsi tu seras moins dépendant du lendemain puisque tu te seras emparé du jour présent. On remet la vie à plus tard et pendant ce temps, elle s'en va.

Tout se trouve, Lucilius, hors de notre portée. Seul le temps est à nous. Ce bien fuyant, glissant, c'est la seule chose dont la nature nous ait rendu possesseur : le premier venu nous l'enlève. Et la folie des mortels est sans limite : les plus petits cadeaux, ceux qui ne valent presque rien et qu'on peut facilement remplacer, chacun en reconnaît la dette, alors que personne ne s'estime en rien redevable du temps qu'on lui accorde, c'est‑à‑dire de la seule chose qu'il ne peut pas nous rendre, fût‑il le plus reconnaissant des hommes.

Sénèque. Apprendre à vivre. Lettre à Lucilius

Voir les commentaires

Exister, tout simplement, et le sentir

Publié le par Sirieix

En cette période estivale, je vous invite à la lecture de l'article intitulé "Le sens de la marche", paru dans Sciences Humaines, qui fait l'éloge de la randonnée pédestre.

J'attire plus particulièrement votre attention sur les passages qui parlent du rapport au temps...

Voir les commentaires

Prenez le temps, ne vous laissez pas prendre par ses pièges !

Publié le par Sirieix

Pour profiter pleinement de la vie et "gérer son temps" de manière à réduire le stress et à gagner en sérénité, il est bon de connaître les lois du temps, car c'est déjà une bonne arme pour s'en prémunir ! Elles décrivent les pièges qui nous guettent tout au long de nos journées. Une fois identifiées, à vous de mettre en place vos astuces pour les éviter...

 

(Vilfredo Pareto, économiste et sociologue italien, fin du XIXème siècle).

Appelée aussi « loi des 20/80 ». Une petite fraction de notre travail produit la plus grande part des résultats. On peut repérer les tâches critiques formant 20% de l’ensemble des tâches à faire, et leur accorder la priorité. On peut identifier les 20% de son temps où l’on est le plus productif pour le consacrer aux tâches prioritaires. Etc.


Chaque individu a une tendance naturelle à faire d’abord ce qui lui plaît, ce qui est facile, ce qu’il connaît bien… Le risque est de reporter les activités difficiles ou pénibles.


Plus l’intérêt pour une tâche est grand, plus le temps passe vite (dimension psychologique du temps). On risque alors de passer trop de temps sur une activité intéressante.


Une activité prend toujours plus de temps que ce qu’on avait prévu.


Plus on a de temps pour faire une activité, plus on en prend effectivement, sans effet sur le résultat final. Il faut donc se fixer des échéances.

Au-delà d’un certain seuil, l’efficacité au travail décroît (effet boomerang).


L’ordre dans lequel on effectue une série de tâches influe directement sur le temps qu’elles prennent. D’où l’importance d’une « organisation scientifique du travail » en regroupant les tâches de même nature, ou au même endroit, etc.


Loi de Zeigarnik

Nous avons tendance à nous souvenir beaucoup mieux des tâches non accomplies ou interrompues que de celles menées à bien (d’où un sentiment de culpabilisation).

Voir les commentaires

Les outils modernes de gestion du temps

Publié le par Sirieix

Voir les commentaires